THEPA : Description du projet

 

Titre du projet : Interventions individuelles et environnementales visant à améliorer la saine alimentation et la pratique de l'activité physique dans les villes canadiennes.

 

Description du projet

 

Le fardeau des maladies cardiovasculaires, du cancer et des problèmes de santé mentale au Canada pourrait être réduit grâce à la mise en œuvre à grande échelle d’interventions de prévention visant à améliorer la saine alimentation et la pratique de l'activité physique. Il y a depuis quelques années un consensus dans la communauté scientifique et parmi les professionnels de la santé relativement à la nécessité d’implanter des programmes de promotion de la santé visant à modifier les capacités d’autogestion individuelles ET de transformer les environnements bâtis / sociaux. L’implantation de programmes pourra avoir un impact populationnel par voie de cumul dans la mesure qu’un nombre important d’individus s’inscrit et complète les programmes. La transformation des environnements bâtis pourra se réaliser si ces transformations sont largement acceptées par les populations. Ce projet l’occasion de sonder des individus âgés de 18 ans et plus et demeurant dans les 21 plus grandes villes canadiennes sur la portée des interventions individuelles et l’acceptabilité d’interventions environnementales.

 

Objectifs

 

Ce projet vise à produire des données probantes nécessaires à l’implantation de programmes et politiques publiques de prévention et promotion de la santé visant la saine alimentation et l’activité physique. Les objectifs du projet sont les suivants :

 

1. Sonder les individus sur la portée des méthodes individuelles de changements comportements et l’acceptabilité des transformations de l’environnement bâti et social

2. Examiner les associations entre la portée et l’acceptabilité avec l’état de santé, le statut socio-économique et les caractéristiques géographiques. 

3. Mieux comprendre les raisons pour lesquelles des populations n’adoptant pas les recommandations relatives aux saines habitudes de vie sont peu enclines à vouloir s’inscrire à des programmes d’autorégulation individuelle et sont peu favorables aux politiques qui visent à modifier l’environnement bâti et social.

 

 

Méthodologie

 

Un échantillon représentatif de 27000 résidents canadiens âgés de 18 ans et plus et résidant dans une des 21 plus grandes villes sera recruté par une firme de sondage pour participer à un sondage en ligne. Les répondants rempliront un questionnaire incluant trois sections. Il est question de leur santé cardiovasculaire autodéclarée, de leurs habitudes alimentaires, leurs habitudes concernant la pratique de l’activité physique et de rendre compte de leurs intérêts et soutien pour des interventions de type individuel (par exemple, programme de counseling offert par un professionnel de la santé) ou environnemental (par exemple, une taxe sur les boissons sucrées, règlement de zonage pour limiter l’établissement de restaurants-minute, la promotion des fruits et légumes à faible coût, la création de jardins communautaires). Les répondants seront aussi sondés sur leur utilisation de différentes techniques de changement de comportement relativement à l’adoption de saines habitudes de vie et des informations telles que le revenu, le niveau de scolarité et le code postal leur seront demandées.

Les données recueillies seront liées à un système d’information géographique dans lequel sont déjà géolocalisés les différents commerces d’alimentation, dépanneurs, restaurants et restaurants-minute. Cet exercice permettra d’examiner les associations entre la portée et l’accessibilité et l’accessibilité entre les services et commerces et le lieu de résidence des répondants par exemple.

 

Résultats

 

Dans l’ensemble, les retombées de ce projet de recherche permettront de mieux comprendre les perspectives de la population relativement aux enjeux de promotion des saines habitudes de vie et ainsi savoir où mobiliser les communautés sur les questions qui nécessitent des actions collectives et où il est possible d’implanter des interventions avec l’assentiment de la population. En d'autres termes, les résultats combinés à la cartographie des analyses spatiales fourniront des informations utiles quant à la priorisation des actions à entreprendre de même que sur l’évaluation des retombées de celles-ci.

 

 

Organisme subventionnaire : Les Instituts de recherche en santé du Canada